TRACT : AUSTERITE, EMPLOI, INDUSTRIE : LES VRAIES SOLUTIONS !

Publié le 21 Novembre 2012

En téléchargement ici.

 

QUE CHERCHE LE GOUVERNEMENT ?

 

Depuis sa prise de fonction, sous la pression des organisations patronales et de la droite, le gouvernement n’a de cesse d’empiler les mesures qui détournent l’argent des ménages vers les entreprises et la finance sans même l’espoir que cela puisse créer de l’emploi. L’adoption du « pacte de compétitivité », après le traité Sarkozy/Merkel, est particulièrement préoccupante.

-60 milliards d'économies sur le budget de l'Etat

-30 milliards de baisse des cotisations sociales patronales

-la baisse de l'impôt sur les sociétés

-l'augmentation de la TVA

Depuis plusieurs années sous Sarkozy et maintenant Hollande, l’objectif est le même : rassurer les investisseur ! Or ce que réclament les investisseurs c’est l’austérité, la fin du droit du travail qui protège les salariés, la baisse des salaires, la fin de la sécurité sociale qui protège les familles, l’impuissance des pouvoirs publics face aux marchés. C’est le capitalisme dans toute sa violence, celui qui saccage les Hommes et l’environnement au nom du profit. Il faut un choc dans le pays mais pas un choc de compétitivité, un choc pour l’emploi, la justice et les droits.

 

MAINTENIR ET DEVELOPPER L’INDUSTRIE

 

Maintenir l’emploi, c’est avoir une politique industrielle cohérente, c’est favoriser les forces du travail, les savoir faire, c’est également miser sur les nombreux atouts de notre pays. Le « coût du travail » est une aberration, le travail rapporte et en France il rapporte beaucoup. Les travailleurs français sont parmi les plus productifs du monde, nos infrastructures sont bonnes, les niveaux de qualification et les savoirs faire sont à la pointe. C’est cette réalité qui fait la fortune des grands groupes français et de leurs actionnaires, c’est elle qui place la France dans le duo de tête de la première économie du monde : l’Europe. Il est possible dès maintenant de mener une politique industrielle ambitieuse, rationnelle, au service du peuple, celle que veulent bâtir les Communistes.

 

MAINTENIR LES SERVICES PUBLICS

 

Maintenir l’emploi c’est également renforcer les services publics. A Saint-Denis les salariés et la population font chaque jour les frais de la politique de sacrifice du secteur public. Les impôts sont en sous effectif, la Banque de France menace de fermer, Pôle-Emploi est inefficace et la Poste est menacée. Partout des embauches sont nécessaires et les chômeurs sont légions. Réorienter l’argent du capital vers le travail, mener une politique d’embauche et de relance de l’emploi, annuler la dette illégitime et reprendre le pouvoir, c’est ce que vous proposent les communistes.

 

IL Y A DE L’ESPOIR A GAUCHE

 

Les sénateurs du PCF se sont opposés au projet de budget de la sécurité sociale parce que leurs amendements avaient été rejetés en bloc. Des solutions existent et sont sans relâche proposées par les élus du Front de Gauche et du parti communiste, mais le gouvernement les ignore, tournant le dos aux millions d’entre nous qui ont chassé Sarkozy du pouvoir pour construire une France plus humaine, plus solidaire et qui réussisse. Rejoindre les Communistes et le Front de Gauche ce n’est pas rejeter le gouvernement mais c’est mettre la pression à gauche, ne pas laisser le Medef et l’UMP lui dicter sa politique. Il faut une force incontournable à Gauche, une force résolument combattive et populaire, rejoindre Front de Gauche c’est bâtir cette force.

 

Commenter cet article