Le mot du mois

Publié le 1 Mai 2021

Capitalisme. La leçon du mois !

Le rapport annuel de l’ONG Oxfam sur les inégalités nous l’a appris rcemment. Les 26 personnes les plus riches du monde détiennent ensemble autant d’argent que la moitié de la planète la plus pauvre, soit 3,8 milliards d’habitants.

Ces chiffres sont déjà ahurissants (26, cela se compte presque sur les doigts des deux mains et des deux pieds !). Mais il y a pire.

Les 1000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse d’avant la pandémie en seulement 9 mois alors qu’il pourrait falloir plus de 10 ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques de la pandémie.

Les 10 hommes les plus riches du monde – dont fait partie le français Bernard Arnault – ont vu leur fortune totale augmenter de 540 milliards de dollars depuis mars 2020, une somme qui serait amplement suffisante pour financer le vaccin contre la COVID-19 pour l’humanité entière et éviter que quiconque sombre dans la pauvreté à cause de la pandémie. Car au même moment, la pandémie a entraîné la crise de l’emploi la plus grave depuis plus de 90 ans, des centaines de millions de personnes étant désormais au chômage ou contraintes d’occuper des emplois précaires.

Sur l’ensemble de l’année 2020, malgré la crise, la fortune de Bernard Arnault a augmenté de 44 milliards d’euros soit un bond de 41 %. Pendant ce temps, un million de personnes seraient tombées dans la pauvreté en France en 2020, selon les associations caritatives, et en particulier les femmes, les travailleur-se-s précaires, les jeunes et les migrant-e-s.

Comment font ces capitalistes pour gagner autant d’argent aussi facilement et aussi vite ? Ils ne sont pas des millions de fois plus intelligents ou plus travailleurs quand même ! Il suffit de lire le très libéral quotidien l’Opinion pour en avoir une idée : « la Bourse se rit de la pandémie », car la crise sanitaire « n’a fait que creuser le fossé qui la sépare du vrai monde. D’un côté on s’enrichit grâce aux actions sur les marchés de la dette ; de l’autre, la pandémie met sous le boisseau des pans entiers de l’activité. » (Le billet de Maurice Ulrich, l’Humanité du 13 janvier 2021).

Et c’est à ces gens-là, dont la cupidité et l’immoralité est presque inimaginable, qu’Emmanuel Macron a offert en France le cadeau de la suppression de l’impôt sur la fortune, dont le rétablissement suffirait à payer la vaccination pour tous et donner à l’hôpital public les moyens dont il manque cruellement.


 

Rédigé par PCF Saint-Denis

Publié dans #Citoyenne, #Communiqué

Commenter cet article