L'austérité tue le service public !

Publié le 21 Janvier 2016

L'austérité tue le service public !
L'austérité tue le service public !

Le 26 janvier, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires appellent l’ensemble des agents de la fonction publique à la grève et à manifester, contre la diminution des rémunérations, la défense du statut, pour les moyens d’un service public de qualité.

Un travail utile et productif

E.MACRON attise en permanence l’opposition entre « ceux du public » et « ceux du privé ». La Fonction Publique représente 5,2 millions d’agents dont 900 000 contractuels, 20% de l’emploi salarié en France. Loin des idées reçues, les fonctionnaires sont productifs : la contribution de leur travail au PIB s’est élevé à 360 Milliards en 2014.

A l’obsession de réduire la dépense publique, nous répondons que le public est moins coûteux. Il n’y a pas d’actionnaires à rémunérer. Quand le service public délègue au privé, c’est combien d’heures non rémunérées, de postes précaires aux conditions de travail dégradées ?

Des salaires que l’on veut encore réduire ?

Le salaire moyen d’un ouvrier ou employé de la fonction publique territoriale est de 1634€ net et de 3054€ net pour les cadres (contre 4033€ dans le privé). Le salaire a diminué au 1er janvier 2016 par l’augmentation des cotisations retraite de 3,3%. Et alors que depuis la dernière augmentation de la valeur du point d’indice en juillet 2010, le coût de la vie a augmenté de 6,6%, la loi de finances a déjà entériné le gel du point d’indice. Inacceptable et contre-productif !

Le statut protège les salariés et les usagers de la précarité

La remise en cause du code du travail et du statut de la Fonction Publique, correspond au même objectif : pour les libéraux, l’emploi doit être flexible. Salariés corvéables à merci, perdant la garantie de la stabilité de leur emploi, mais aussi moyen de ne pas reconnaître les qualifications. Les précaires, même « CDIsés » de la Fonction Publique, connaissent largement cette réalité.

Or, un service public de qualité pour les usagers (attention à leurs demandes, coopération entre les services, efficacité et qualité de réalisation des missions), a besoin de stabilité, de reconnaissance des qualifications et du travail accompli.

Le service public, on y tient ! Car le service public réduit les inégalités.

20% des plus riches ont un revenu plus de 8 fois supérieur au 20% des plus pauvres. Les Impôts réduisent ces inégalités à 7,6. Mais, c’est surtout la dépense publique avec les prestations sociales et les services publics, qui permet de réduire cet écart à 3,2. Le choix du service public est celui de la ville de Saint Denis.

Mais attention, danger !

L’annonce du Gouvernement de baisser de 12,5 milliards d’euros les aides aux collectivités territoriales entre 2014 et 2017, se traduit pour Saint Denis par une perte de 26 millions d’euros, soit 4,5 millions d’euros pour le budget 2016. Dans le cadre du Grand Paris, aucune garantie n’est donnée sur les moyens pour les nouveaux EPT, dont Plaine Commune, pour assurer le service public au quotidien. Toutes les raisons de se mobiliser ensemble, agents et usagers, pour notre service public.

L'austérité tue le service public !L'austérité tue le service public !L'austérité tue le service public !

Rédigé par Philippe Caro

Publié dans #Luttes, #services publics, #Manifestation, #Communiqué

Commenter cet article